Nouvelles:

25/06/2023 : Mise à jour du forum. En cas de bug, merci de contacter le Grand Sachem

Menu principal

RGP Jouef X2712 HJ2420S

Démarré par frimousselechat, 15 Février 2024 à 00:42:14

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

frimousselechat

L'autorail Jouef HJ2420S

Comme REE a tardé de livrer le sien, j'ai acheté celui de Jouef que je viens de recevoir.
Je l'ai avec sa remorque posé sur ma voie de programmation. Ma centrale Ecos l'a reconnu et m'a demandé de lui attribuer une adresse, ce qui a été fait.
Cependant si la voiture moteur fonctionne correctement, la remorque ne s'est pas éclairée ainsi que ses feux.

Alors j'ai lu attentivement la notice qui n'explique rien et qui ne parle même pas de la remorque. Juste une indication : l'ensemble est vendu à l'adresse 3.

Cependant il y a une nomenclature des pièces détachées qui laisse apparaître que chaque élément est prévu pour un décodeur soit 2 pour l'engin.

Sur le descriptif du site Hornby, celui de mon fournisseur allemand ou celui de Jura modélisme rien n'est expliqué.
Le décodeur de la remorque serait'il en option ? Alors je démonte la remorque pour constater qu'il y a bel et bien un décodeur. Pourquoi cela ne fonctionne t'il pas ?
Dans la boite se trouve un papier qui dit qu'il y a une ligne téléphonique gratuite pour la France : 08 01 87 00 96. Je compose le numéro et là dans un mauvais accent français une hôtesse ne cherche même pas à écouter ce que je lui dis et m'invite à lui expédier par courriel une photo de l'engin ainsi que copie de ma facture d'achat. Ce qui a été fait.

Cet après midi je me remets à l'ouvrage, pose la remorque sur la voie de programmation et cherche à lui donner la même adresse que la motrice. Refus d'Ecos qui explique qu'il y a un conflit entre la motrice et la voiture. Je donne donc une autre adresse à la remorque. La cabine s'éclaire mais pas les phares.
Me vient alors l'idée de faire un couplage. Et là miracle tout fonctionne. Jouef devrait prévoir que cela fonctionne du premier coup et être plus explicite.
En conclusion ce n'est pas la peine de consommer trois feuilles de papier pour ne pas expliquer comment faire la mise en service.
Pourquoi nos revues ne parlent jamais de ce genre de pièges ?
Et le SAV Jouef toujours très efficace.

dnrphil

Quand tu parles d'idée de faire un couplage, c'est que tu as utilisé la CV19 du décodeur de la remorque pour le mettre à la même adresse que le décodeur de la motrice?
Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié.
Mes vidéos sur Youtube : dnrphil

frimousselechat

l
Citation de: dnrphil le 15 Février 2024 à 07:23:41Quand tu parles d'idée de faire un couplage, c'est que tu as utilisé la CV19 du décodeur de la remorque pour le mettre à la même adresse que le décodeur de la motrice?

Non j'apprends quelque chose au sujet du CV 19.
Quand je parle de couplage, Ecos me propose une fonction de couplage de N machines avec des décodeurs différents.

dnrphil

Oui, effectivement, l'Ecos gère les couplages.
Ecos et décodeurs Esu communiquent par le biais du railcom et lorsque les adresses de deux décodeurs sont identiques, cela crée un conflit.
Pour permettre à deux (ou plusieurs) décodeurs de fonctionner sous la même adresse, il suffit, pour le deuxième décodeur, d'utiliser la CV19 (dite de jumelage - consist adress en anglais) et d'y inscrire l'adresse du décodeur principal.
Comme tu disposes du lokprogrammer, tu peux visualiser cette adresse de jumelage sur la page d'accueil (décoder - adress).
Tu verras sous l'adresse principale la fameuse DCC Consist Adress avec la CV19 ainsi que les fonctions à activer sous cette adresse de jumelage.
C'est pratique par exemple avec deux locomotives, celle jumelée peut être programmée avec les feux éteints par exemple.
Il suffit de regarder les articles expliquant le fonctionnement de cette CV19 pour réussir les jumelages sans complications et surtout sans passer par les programmes de jumelage plus ou moins lourds suivant les centrales.
Bonne continuation.
Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié.
Mes vidéos sur Youtube : dnrphil

frimousselechat

Bonjour,

Pas facile le numérique, surtout quand on n'est pas né avec un Smartphone dans la couche !

Aujourd'hui j'ai mis la remorque sur la voie de programmation.
J'ai demandé à Ecos de lire le CV 19 et j'ai obtenu 0.
Ensuite j'ai inscrit 15 sur ce CV, adresse de l'engin moteur et j'ai validé.

Appel du 15, la motrice fonctionne mais la remorque refuse toujours de s'allumer. Relecture du CV 19 et réponse 0.

Ensuite j'ai tenté le couplage suivant la notice d'Ecos. Réussite.

Re-relecture du CV19 et réponse 15.

Conclusion : cherchez dans la notice de votre centrale le chapitre au sujet des couplages.

Conclusion N° 2 : pourquoi Jouef n'explique pas dans sa notice comment faire marcher son engin ?  D'autant plus que j'en ai profité pour faire un essais avec le Hornby Railmaster et là c'est encore plus simple qu'avec Ecos.

En image la méthode avec Ecos.

PaulXpress

Il y a 3 façons de composer une UM :
La composition de base - CB
La composition de base est le moyen le plus simple de contrôler plusieurs locomotives ou décodeurs avec une seule commande DCC. Il peut s'agir de deux unités gérées de manière semi-permanente comme une seule unité. Un exemple est une unité F7A et B qui ont chacune leur propre décodeur. Il peut s'agir d'un décodeur sonore et d'un décodeur moteur dans la même locomotive. Pour la composition de base, tous les décodeurs sont programmés avec la même adresse. C'est simple à configurer mais pas très flexible.
Puisque le système DCC "pense" qu'il envoie des signaux à une seule locomotive, la seule limite est la capacité d'adressage du système DCC. Lorsque vous configurez ce type de composition, chacun des décodeurs doit être programmé séparément.
La composition universelle - CU
Avec cette méthode, c'est la console qui fait tout le travail. La console est programmée pour faire fonctionner le convoi en lui indiquant quelles locomotives se trouvent dans le convoi et la direction de chaque locomotive. Lorsque l'opérateur donne une commande au convoi, la station de commande envoie une commande pour chaque locomotive du convoi. Quatre locomotives signifieraient quatre paquets de commande envoyés pour chaque commande unique de l'opérateur. C'est correct pour un petit réseau avec quelques compositions, mais cela pourrait ralentir les choses avec beaucoup de grandes compositions. Selon la façon dont votre système DCC gère la composition, le son et les lumières peuvent uniquement être contrôlés dans l'unité principale.
Les ensembles sont constitués et démontés à partir de l'interface de commande. La console est le seul endroit qui "sait" quelles locomotives sont dans le convoi.
Il y a des limites au nombre de locomotives dans ce type de convoi. Consultez le manuel du système pour connaître le nombre maximum de locomotives dans une rame et le nombre de rames que le système peut gérer.
Composition avancée - CA
La composition avancée est une méthode plus récente et est plus flexible, mais peut aussi être la plus déroutante. Cette méthode utilise le décodeur pour faire tout le travail et la station de commande n'envoie qu'une seule commande pour chaque opération. La clé de la composition avancée est la CV-19. Un décodeur sait qu'il se trouve dans une composition lorsque la valeur dans la CV-19 est supérieure à zéro. La composition avancée utilise la plage d'adresses de 1 à 127 (décimal). Certains systèmes n'utilisent que de 1 à 99. Il s'agit de la même plage d'adresses que celle utilisée pour les adresses courtes. Cela peut également provoquer un conflit si vous avez une locomotive sur le réseau utilisant la même adresse courte que celle utilisée pour le convoi. L'adresse de composition est stockée dans les bits 0 à 6 de la CV-19. Le bit 7 est utilisé pour le contrôle de la direction de la locomotive dans la composition. Le bit 7 a un "poids" de 128. Si une adresse de composition est 10, alors une locomotive tournée vers l'arrière aurait une valeur de (128 +10 =) 138 dans la CV-19. C'est ainsi que le décodeur sait dans quelle direction fonctionner lorsqu'il reçoit une commande de vitesse et de direction du convoi. La plupart des systèmes ajouteront automatiquement 128 à l'adresse dans le CV-19 lorsqu'une locomotive est inversée lorsque vous configurez une composition avancée. Si une locomotive est retirée d'un convoi sans changer la CV-19 à 0, elle ne répondra pas aux commandes de vitesse en utilisant l'adresse normale de la locomotive, mais les lumières et les sons fonctionneront.

Jean-Paul
"Tout le monde savait que c'était impossible. Un ignare ne le savait pas : il l'a fait"
Marcel Pagnol · 1967

dnrphil

Bonjour Jean-Paul.
Vos 3 façons de composer une UM sont parfois surprenantes à lire.
Je ne vous critique pas mais il faut quand même apporter quelques précisions.

La composition de base : une unité F7A et F7B, n'y aurait-il pas plus simple de décrire deux locomotives composant une UM ou DT ; par exemple machine maître et machine secondaire?
Vous dites que l'on peut associer un décodeur sonore et un décodeur standard, je veux bien, mais la machine équipée du décodeur standard démarrera avant la machine équipée du décodeur son (séquence accélération moteur avant décollage par exemple).
Tous les décodeurs sont programmés à la même adresse : essayez de faire ça avec une centrale Ecos qui, par le railcom, va détecter deux adresses identiques et signaler un conflit d'adresse.

La compositon universelle
: la centrale fait tout le travail, je confirme mais, d'une centrale à l'autre, c'est tout une programmation différente suivant la marque et souvent un beau "pataquesse".

La composition avancée : la méthode de la CV19 est pour moi la bonne méthode à appliquer car elle restera toujours la même une fois que vous l'aurez intégrée.
Il va de soit que les deux machines doivent obligatoirement avoir les mêmes caractérisques de roulement (V départ (CV2), accélération (CV3), Vmax (CV5) et freinage (CV4)).
Exemple : machine maître à l'adresse 1, machine secondaire à l'adresse 2.
Je programme la CV19 de la machine secondaire à 1, elle va donc obéir à l'adresse de la machine maître.
Avec le Lokprogrammer ou tout autre système de programmation, vous allez pouvoir activer ou supprimer les fonctions de la machine secondaire quand la CV19 est activée (extinction des phares, suppression des klaxons, etc...).
L'autre avantage de passer par la CV19 est de pouvoir programmer la machine secondaire sur la voie principale (prog on main), ainsi, vous pouvez amener vos deux machines individuellement en tête de votre train, les atteler et enfin programmer "on main" la CV19 de la machine secondaire.
Après utilisation de l'UM ou DT, la CV19 de la machine secondaire est remise à 0 et elle obéit à nouveau à son adresse principale.

L'année dernière, j'avais écrit cet article que je vous invite à imprimer et à lire.

ESU - Prog CV19 - UM ou DT.pdf
Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié.
Mes vidéos sur Youtube : dnrphil

dnrphil

J'avais même fait une petite vidéo explicative de cette CV19 sur Youtube avec deux autorails REE.
C'est ici et ça commence à 0,21 mn

Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié.
Mes vidéos sur Youtube : dnrphil

Alain17

Citation de: dnrphil...
Vous dites que l'on peut associer un décodeur sonore et un décodeur standard, je veux bien, mais la machine équipée du décodeur standard démarrera avant la machine équipée du décodeur son (séquence accélération moteur avant décollage par exemple).
Sur les décodeurs ESU, cela se règle (voir la documentation 12.2.2.4. Virtual Driving sound);
Chez Zimo, c'est le CV#273.

Citation de: dnrphilTous les décodeurs sont programmés à la même adresse : essayez de faire ça avec une centrale Ecos qui, par le railcom, va détecter deux adresses identiques et signaler un conflit d'adresse.
Je ne sais pas si c'est le RailCom qui râle ou tout simplement l'Ecos qui remarque qu'une loco ayant déjà cette adresse existe déjà dans la base des locos.
Si c'est le RailCom, il suffit de le déactiver ou de ne mettre qu'une loco sur la voie de programmation.
Sinon, en mode programmation (lecture/écriture de CV sur la voie de programmation), ça m'étonnerait qu'il y ai une telle contrainte et qu'on ne puisse pas la contourner.

dnrphil

#9
Bien sur Alain, je suis d'accord avec toi mais pourquoi faire compliqué quand ça peut être si simple.
Le railcom, c'est tellement pratique pour l'échange des informations entre les décodeurs Esu et la centrale Ecos, ne serait-ce que pour les logos de fonctions.
La méthode avec la CV19, une fois acquise, est bien plus simple et permet surtout de mettre automatiquement la machine secondaire en situation (éclairages coupés, pas de klaxon, etc...).
Maintenant, ça ne reste que mon avis.
Sur cette vidéo, à 0,20 mn, mise en UM de deux 67000 Ree avec la "prog on main" et la CV19.

Il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié.
Mes vidéos sur Youtube : dnrphil

Charles_2_Bordeaux

Bonjour,
Voici ce que dit la NMRA sur ces CV.
Bonne journée en numérique.
Charles_2_Bordeaux.

PaulXpress

Citation de: dnrphil le 17 Février 2024 à 19:28:29Bien sur Alain, je suis d'accord avec toi mais pourquoi faire compliqué quand ça peut être si simple.
C'est justement cette simplicité qui risque de poser des problèmes en masquant le fait qu'avant de les mettre des machines en UM, il faut peut-être déjà uniformiser les caractéristiques de roulement.
Pour prendre le simple exemple du taux d'accélération et de freinage, ce n'est pas en mettant les mêmes valeurs dans les CVs 23 et 24 que toutes les locos auront les mêmes réactions. Et c'est sans compter sur les constructeurs qui ne suivent pas les préconisations de la NMRA, comme ESU qui applique un taux de 0,25 alors que le taux de la norme est de 0,896.
Voir : [url="https://forum.espacetrain.com/C'est justement cette simplicité qui risque de poser des problèmes en masquant le fait qu'avant de les mettre des machines en UM, il faut peut-être déjà uniformiser les caractéristiques de roulement. Pour prendre le simple exemple du taux d'accélération et de freinage, ce n'est pas en mettant les mêmes valeurs dans les CVs 23 et 24 que toutes les locos auront les mêmes réactions. Et c'est sans compter sur les constructeurs qui ne suivent pas les préconisations de la NMRA, comme ESU qui applique un taux de 0,25 alors que le taux de la norme est de 0,896. Voir aussi :" https://forum.espacetrain.com/index.php?topic="4444.msg44228#msg44228  Jean-Paul"]https://forum.espacetrain.com/index.php?topic=4444.msg44228#msg44228[/url]
 
Jean-Paul
"Tout le monde savait que c'était impossible. Un ignare ne le savait pas : il l'a fait"
Marcel Pagnol · 1967

PaulXpress

Comme ça c'est mieux,

C'est justement cette simplicité qui risque de poser des problèmes en masquant le fait qu'avant de les mettre des machines en UM, il faut peut-être déjà uniformiser les caractéristiques de roulement.
Pour prendre le simple exemple du taux d'accélération et de freinage, ce n'est pas en mettant les mêmes valeurs dans les CVs 23 et 24 que toutes les locos auront les mêmes réactions. Et c'est sans compter sur les constructeurs qui ne suivent pas les préconisations de la NMRA, comme ESU qui applique un taux de 0,25 alors que le taux de la norme est de 0,896.
Voir : https://forum.espacetrain.com/index.php?topic=4444.msg44228#msg44228
"Tout le monde savait que c'était impossible. Un ignare ne le savait pas : il l'a fait"
Marcel Pagnol · 1967

frimousselechat

Bonjour.
Merci pour vos réponses que j'ai lu avec beaucoup d'intérêt.
Cependant je n'ai pas tout compris, notamment les explications de ESU. Comme toutes les notices, c'est rédigés par des gens qui savent pour des gens avertis. Les profanes, on s'en fous.
Mais peu importe cela fonctionne.

Mais là n'est pas mon sujet du jour.
Du fin fond de l'Italie j'ai trouvé aujourd'hui dans ma boite de courriels la réponse du berger à la bergère soit la réponse du SAV Jouef. J'ai bien rigolé en lisant et je vous laisse juge.
Nous vivons une époque moderne où tout le monde bien calé devant son écran applique une procédure dictée par des idiots. Au train où évoluent la société, bientôt il faudra une application sur son téléphone pour se rendre aux chiottes. Et que se passerait t'il si le grand gourou céleste venait à couper le courant ? Sans compter que la numérisation bouffe une énergie considérable dont les écolos ne parlent même pas : bizarre !
Quant à Jouef leur SAV botte en touche.
En résumé Jouef :
-produit correct
-notice mal faite
-accueil téléphonique inopérant
-SAV tenu par des idiots et je suis gentil.
De quoi vous dégouter d'acheter du Jouef.

J'attends les deux voitures R37 de Zezette. Elles aussi ont un décodeur à bord. J'appréhende de voir comment cela va fonctionner.
Mais si j'ai tout compris, si j'ai une rame voyageur de 10 voitures numérisées, cela me fait 10 adresses différentes à coupler avec la loco. Mais si les décodeurs ne sont pas de la même paroisse, que se passe t'il ?

A plus. 

Charles_2_Bordeaux

Bonjour,
Citation de: frimousselechat le 21 Février 2024 à 12:55:17Mais si j'ai tout compris, si j'ai une rame voyageur de 10 voitures numérisées, cela me fait 10 adresses différentes à coupler avec la loco. Mais si les décodeurs ne sont pas de la même paroisse, que se passe t'il ?
Dans les voitures il n'y a pas grand chose à commander à part :
- l'éclairage des voitures,
- les feux de fin de convoi.
On peut éclairer tout ou partiellement les voitures et les feux de fin de convoi avec un seul décodeur.

Pour que cela fonctionne bien, si on associe deux ou plusieurs machines en UM (unité multiple) celles-ci doivent être :
- de même marque
- de modèles identiques
- de même référence.
Il faut malgré tout vérifier qu'elles ont le même comportement (accélération, ralentissement, etc.) et éventuellement faire les réglages qui leur permet un fonctionnement similaire (CV#2 à CV#6).
Pour ce qui est des décodeurs, ils doivent être :
- de la même marque
- de la même référence
- avec la même référence de numéro de logiciel interne (CV#7 et éventuellement des CV complémentaires propres à la marque)



Bonne journée en numérique.
Charles_2_Bordeaux.